Sesriem: au coeur du Désert du Namib

Janvier 2020 – 2 nuits – Sesriem Oshana Campsite

Gecko Camp (Solitaire) – Sesriem: 130km – 2h30 de route

Canyon de Sesriem

Après cette nuit (magique) au Gecko Camp, nous reprenons la route pour Sesriem. Nous ne nous arrêtons pas à la station de Solitaire car la dernière fois le charme n’avait pas opéré et en passant devant il y a toujours ce grand parking avec des bus, bof.

Départ du Gecko Camp

Nous arrivons au campsite « Oshana Campsite » (géré par le lodge Dead Valley où il faut faire le check-in). En fait il existe maintenant 2 campsites à l’intérieur du parc (dormir dans le parc de Sesriem permet de commencer 1h avant tout le monde le matin et c’est un détail non négligeable car on n’a pas à faire la queue devant le portail ce qui est assez décevant – ça casse un peu la magie je trouve -, on a moins de monde sur les sites les plus connus pendant les 2 premières heures et on attaque les montées à la fraîche ce qui est plus agréable surtout en janvier !)

Le campsite est vraiment plus agréable que celui du NWR car il n’y a qu’une dizaine d’emplacements, face aux dunes rouges, chacun avec sanitaires privés et emplacement ombragé. Il est moins cher que celui du NWR (NWR est à 490N$/personne soit 30€/personne (le prix a doublé !!) alors que celui d’Oshana est à 360N$/personne soit 22,50€/personne). Les deux petits points « négatifs » c’est que d’une part il est vraiment juste à côté du NWR et du côté des emplacements groupes donc bruyant tard le soir (mais c’est idem quand on est dans le NWR, dans tous les cas on échappe pas aux groupes) et on est persona non grata dans le lodge: on y met un pied pour le check-in mais on nous indique qu’il est interdit de venir dans le salon (même 5mn pour le wifi), encore moins dans la piscine ni même utiliser le resto … pour tout ça l’accord qu’ils ont avec le NWR obligent les campeurs à utiliser les services du NWR… Ou alors en dehors du parc comme l’excellent buffet du Sossusvlei Lodge.

On a oublié de faire des photos alors un scarabé du canyon à la place !

Lors de notre 1er passage à Sesriem, nous avions tenté le coucher de soleil sur la dune Elim mais nous étions un peu déçus, le désert est quand même encore loin depuis cette dune et surtout il y a un peu de monde. Cette fois, nous décidons donc d’aller sur la 45, réputée pour le lever de soleil (mais ce n’est pas le lever et le coucher de soleil que l’on cherche finalement c’est les couleurs sur le sable car dans la journée la lumière est écrasante). L’ascension est facile car elle n’est pas très haute mais le vent se lève et le sable avec…. on essaie d’aller au plus loin mais ce n’est pas facile de progresser avec les rafales de sable qui nous arrivent dessus. Nous ne resterons du coup pas sur la dune jusqu’à l’heure maximum, il y a trop de vent. Mais c’est une agréable entrée en matière.

Après une nuit hyper venteuse et froide, le réveil prévu à 5h est un peu décalé … mais nous serons quand même au parking du deadvlei vers 6h30. Comme lors de la dernière fois, nous dégonflons les pneus et franchissons nous-mêmes les quelques kms de piste sableuse.

À la base, on avait prévu de se promener tranquilles mais finalement on reprend le chemin de Big Dady et hop nous revoilà partis pour l’ascension…. mais cette fois c’est beaucoup plus simple car nous ne sommes pas les premiers donc les traces existent déjà. En 40mn nous étions là-haut et il n’y avait pas beaucoup de monde. Nous avons encore une fois profité de la beauté des lieux (et foiré nos photos à cause d’un petit soucis de réglage). Puis nous sommes repartis vers le vlei.

Petit soucis de rréglage de l’appareil photo …

L’endroit est toujours aussi beau, le craquellement de la terre est toujours incroyable. Il y avait, pour mon grand bonheur, beaucoup moins de selfistes et « mannequins du dimanche » que la dernière fois. Il était aussi plus tard, nous y étions vers 10h30 et la chaleur commençait à être bien lourde.

Mais … mais …. il faut bien avoir en tête que Sesriem est l’endroit où on croise toujours du monde, même en basse saison et malheureusement la Namibie devient de plus en plus populaire (accessible) donc on n’échappe pas aux beaufs qui viennent bronzer ou plutôt cramer sur le deadvlei en mangeant des chips …. l’Homme m’exaspère.

Assis juste au début du vlei … pour bronzer …

Nous passerons un après-midi tranquille au frais dans le Sossusvlei lodge (puisqu’il n’est pas possible d’aller boire un verre au lodge de notre campsite, l’avantage du Sossusvlei c’est qu’on y entre facilement, un verre et on reste au salon tranquilou). En fin d’après-midi, petit tour au Canyon toujours aussi sympathique. Et on y a rencontré des scientifiques en quête de serpents pour les recenser… moment d’échange instructif sur les serpents de Namibie (à défaut de les avoir vus).

Le lendemain matin, nous décidons d’aller nous promener sur les dunes autour du Sossuvlei. Il fait frais et là pour le coup nous sommes seuls… nous entamons par la dune située sur la droite du vlei et allons marcher pendant plusieurs heures sur les dunes en espérant atteindre le point le plus haut sauf que derrière il y en a toujours un plus haut ….

Objectif la petite pointe là-bas au fond… ouai faut de l’ambition dans la vie !

On croise des oryx et des impalas, des geckos et araignées. C’est vraiment un agréable moment de solitude dans cette nature préservée.

Vers 11H la chaleur commence à être trop forte, on décide de rebrousser chemin et le sable, humide et frais tout à l’heure, brûle les pieds maintenant, il nous faut nous rechausser.

Pour la petite anecdote, en arrivant sur la dune qui surplombe le vlei on aperçoit quelqu’un en t-shirt rouge qui fait des allers-retours entre un toyota hilux et une voiture. Au début on ne pense rien et d’un coup on se dit « mais mince quelqu’un a forcé la porte de notre toyota et est en train de voler nos affaires et des les charger dans sa voiture ». Paulo me file l’appareil photo et se met à courir (il est midi, une chaleur de dingue)… quand on réalise, chacun là où on se trouve (je n’ai pas couru) qu’en fait ce toyota ce n’est pas le nôtre, le nôtre est garé sous l’autre arbre ! C’était juste deux couples d’amis qui faisaient une pause devant le vlei …..

Nous avons vraiment apprécié de revoir ce site. C’est toujours un « risque » en voyage de revenir dans un endroit qu’on connaît, surtout quand il nous a envoûtés… on peut être déçus. Mais cette fois non: c’était un autre plaisir, on savait comment c’est organisé, on n’avait pas d’endroits à voir donc pas de plan, on voulait juste se promener et nous avons improvisé en fonction de nos envies. Le site reste un endroit incroyable….

Budget :

Campsite Oshana : 45 euros /nuit pour 2 personnes

Entrée Sesriem : 80N$/personne/jour + 10N$/voiture/ jour soit 10,50€/jour pour 2 avec une voiture (21€ pour 2 jours) – Attention 1 jour ce n’est pas 24h, si on prend une entrée à 16h elle se termine le soir même à 19h, le lendemain il faut racheter une entrée

Deux boissons sans alcool au Sossusvlei pour rester au frais l’aprés-midi ! : 1,50€/boisson (donc plutôt que de rester dans l’inconfortable bar du NWR et payer un voucher wifi qui ne fonctionne pas bien, mieux vaut venir ici!)

Buffet du soir au Sossusvlei Lodge: 23,50 euros/personne (attention en fait c’est 350N$/personne, il y a deux ans cela faisait 27 euros/personne mais cette année le change nous était vraiment favorable…)

Il faut ajouter à ce budget le prix de la location du 4×4 tente (80 €/jour) + une moyenne en nourriture sur notre road trip de 20€/jour pour 2 personnes et en essence 20€ par jour.

One Reply to “Sesriem: au coeur du Désert du Namib”

  1. […] Sesriem – 2 nuits – Campsite Oshana dans le parc (45€/nuit pour 2) – Frais d’entrée Sesriem 5,50€/jour/personne avec 1 voiture […]

Laisser un commentaire