Les « villages noirs » de Pico

Aujourd’hui on part sur la côte nord de l’île de Pico dans la portion de Cais do Mourato à Arcos.

Il s’agit de petits villages « noirs » très authentiques et plein de charme: les maisons sont caractéristiques de l’île, en pierre volcanique. Les villages ont l’air un peu endormis, beaucoup de ces maisons, très bien entretenues et coquettes, appartiennent à des Açoriens qui vivent dans les « villes » et y viennent pendant l’été se reposer ou bien à des immigrants qui rentrent pendant les vacances. Quelques petits bars permettent, en été, de déguster une petite Sagres en toute convivialité et quelques piscines naturelles de se rafraîchir au gré de l’Océan.

On peut faire cette route à pieds, en voiture, en scooter mais le mieux reste de le faire à vélo: les loueurs de vélo de Madalena peuvent vous déposer à Cabrito et on rentre lentement en vélo en traversant les petits villages:

  • Cabrito est un cul de sac, il faut ensuite remonter vers la nationale qui mène à São Roque. Quelques petites maisons en bord de mer, de la lave volcanique séchée en guise de trottoir et l’île de São Jorge en toile de fond … un bon début dans cette promenade typiquement açorienne… On emprunte une route plutôt plate, qui longe la mer, toujours avec São Jorge d’un côté et le pico de l’autre, une végétation battue par les vents et qui se fraye un chemin au milieu des roches volcaniques et les fameux murets de pierres si typiques de l’île…

  • Arcos est le second village qu’on traverse, toujours endormi, quelques açoriens, un peu âgés il faut le reconnaître, écoutent ça et là une radio dans leur jardin, arrachent quelques mauvaises herbes et se reposent à l’ombre en attendant la fin de journée. L’océan ici est à fleur de falaises et vient cogner la roche volcanique. On peut profiter, à la saison venue, des piscines naturelles aménagées. On continue alors sur cette route avec cette fois Faial devant.

  • Lajido est un village un peu plus grand, la rue principale est bordée de petites maisons noires dont le rouge des volets et des portes vient réveiller un peu l’oeil du visiteur. Un petit café anime le centre du village. On vient aussi visiter le Centre d’Interprétation du Lajido, une liqueur de vin typique de l’île. Le petit musée pédagogique est intéressant et surtout à la fin on peut déguster cet alcool avec explications intéressantes en anglais. Ici la roche volcanique se fait plus acérée et la côte plus déchiquetée.  La route reprend (on passe en face de l’aéroport de Pico) pour nous mener à un autre village.

  • Cachorro ou « le chien » en référence à la roche volcanique qui s’y trouve et qui représente une tête de chien. Le village est surtout l’occasion de se promener sur les roches volcaniques aménagées et lorsque l’Océan y pénètre, il s’y projette avec force et vigueur. On peut, comme à Lajido également, y voir les fameuses Rola Pipas, autrement dit les marques laissées par le roulement des tonneaux de vin qui étaient, autrefois, apportés jusqu’au bord de la mer pour être embarqués sur les bateaux…

  • Enfin le dernier village est Cais Mourato, indiqué sur la route, il ne faut pas hésiter à y descendre pour s’arrêter à son petit bar en terrasse et/ou sa petite piscine naturelle. Là encore, on croise quelques âmes mais c’est surtout le calme qui règne et l’Océan.

En pratique: Il y a 8km entre Cabrito et Cais Mourato, mais si on prend le temps de visiter les petits villages, de profiter des paysages, de se désaltérer … ça peut prendre pal mal de temps ! Et de toutes les façons, il n’y a aucun intérêt à le faire au pas de course !

  • Pour les vélos, adressez-vous à Pico 447 au port de Madalena.
  • A pieds, comme ce n’est pas une boucle, la voiture n’est pas indiquée, donc soit on fonctionne avec un taxi, soit on peut prendre le bus de 10h à Madalena qui arrive à 10h25 à Santa Luzia et permet de faire la rando jusqu’au retour du bus à 14h50.
  • Sinon il reste l’option voiture ou scooter en s’arrêtant au grès de ses envies …

Visite du Centre d’interprétation de Lajido : 5€/personne avec la dégustation à la fin !

 

 

Laisser un commentaire