Région de Lemba et Lobota

LEMBA ET LOBOTA NORD (5 nuits)

Lavage et séchage du linge

Hébergement : Mucumbli Lodge – 

Restaurants:

  • Santana à Neves si vous aimez le crabe (ou à la rigueur le poisson du jour) sinon ce sera riz avec bananes frites ….
  • Cerva’s à Guadelupe, cadre top, le tout est super propre, le personnel au petit soin, il s’agit d’un menu unique entrée+plat à 12€/personne
  • Mucumbli (même si tu n’y dors pas, tu peux y manger): à la carte avec des plats italiens (les propriétaires sont Italiens) et des plats locaux, le cadre est top, le personnel très sympa et le rapport qualité/prix est très bon.
Arrivée à la roça Generosa avec un petit groupe de jeunes

L’une de nos régions préférées sur l’île, un mélange de bord de mer, de villages de pêcheurs, de forêt… et il règne une convivialité, quelque chose qui fait qu’on n’a pas envie de repartir ….Outre les petits villages, la côte, les petites routes dans la forêt à la recherche des roças, voilà ce que nous avons particulièrement aimé:

  • Route de Mucumbli jusqu’à Santa Catarina : très belle route qui longe la mer. Continuez sur la route en terre jusqu’à Binda au milieu d’une dense végétation (nous y avons vu un cobra noir mort qu’un local venait de récupérer … impressionnant). Différentes Roça à visiter: Roça Santa Catarina, puis Roça Diogo Vaz où l’on peut s’arrêter discuter avec les employés qui nous expliquent le travail du cacao, puis Roça Esprainha avec très belle vue sur la mer. L’un des arrêts les plus prisés du coin se trouve à Santola dans la ville de Neves: spécialité le crabe évidemment, dans une cahute en bois très locale. Un petit arrêt à la roça Monte Forte toujours en activité et qui offre une vue magnifique sur la mer et sur le Pico.
Bureaux administratifs de Diogo Vaz
Roça Diogo Vaz
Roça Diogo Vaz partie habitations
Nous étions en période basse pour le travail du cacao. Ici quelques sacs qui attendent pour être expédiés en France, en Suisse ou en Belgique
Fève de cacao au séchage
Caisses de fermentation du cacao
Diogo Vaz
Village de Neves
Neves
Bord de mer le long de la route
Les enfants travaillent au ramassage de bois
Roça Esprainha – les anciens chemins de fer de la roça
Roça Esprainha
Roça Esprainha
Maison en bord de mer … ou plutôt ce qui en reste …
La route du bord de mer
Le vert de São Tome …
  • S’enfoncer dans le parc Obo par la route qui mène à Ponta figa. On peut aller en voiture jusqu’à l’arbre tombé (en passant la Roça Manuel Morais)une très belle route au milieu de la végétation et qui peut se continuer à pieds jusqu’aux fameuses cascades (mais à priori sans guide ce n’est pas si simple …). Une autre magnifique route mène au réservoir d’eau. Enfin une autre route mène vers Generosa (où une femme vend de la vanille, demandez Avo Baunhilla). Nous avons passé plusieurs heures sur ces routes, prenant en stop des personnes pour les amener jusqu’à une roça, une plantation ou juste un bout de chemin, c’est vraiment magnifique.
Bon bah là tu ne peux pas aller plus loin ….
Le calme, les arbres, les oiseaux … le paradis !
Tu peux passer des heures à profiter de cette nature, c’est tellement beau et apaisant
Une route pavée au milieu de la nul part = un chemin qui mène à une roça
Sur la route des roças
Une petite cascade
Allez encore quelques arbres pour la route !
  • Nous avons fait une rando avec l’un des guides de Mucumbli (ce n’est pas la difficulté technique de la rando qui justifie le fait de prendre un guide mais le problème est de se repérer au milieu de cette végétation et des plantations). Rando des « roças cachées »: départ depuis Roça Palma, montée jusqu’à Rosema puis Roça Ribeira Palma en reliant les deux roças par les plantations de cacao, super moment ! Les habitants des roças ne sont pas spécialement dans la recherche de contact, ils ne sont pas hostiles non plus, mais disons qu’ils continuent leur vie et ne vont pas chercher à échanger.  L’occasion de goûter la fève de cacao fraîche, un régal !! Notre expérience et celles des autres personnes rencontrées, sont unanime: les guides du Mucumbli sont très sympas (anglais en cours d’apprentissage pour certains, un peu de français aussi), ils connaissent très bien les plantes. Rien de compliqué dans la plupart des parcours proposés, si ce n’est la chaleur et l’humidité qui font que même sur du plat tu trempes ton t-shirt (instant glamour).
Fève de cacao
Des plants de tomates cultivés au milieu des plantations de cacao
Roça Rosema
Une autre espèce de fève de cacao
Un jeune homme qui a bien voulu partager avec nous son fruit du jacquier fraîchement ramassé, un régal
Le fameux fruit du jacquier
Dense végétation
Roça Rosema, l’ancienne maison de maître
Plantation de cacao dans les hauteurs
Un jeune garçon qui avait envie qu’on le prenne en photo
Tendre le bras (ou presque) et attraper un fruit du jacquier .. si ça c’est pas le paradis, ça lui ressemble !
Désolés on ne connait pas le nom mais il nous a plu !
Dégustation d’une fève de cacao fraîche, huuuum
Les enfants sont partis ramasser des fruits du jacquiers qu’ils ramènent à la roça
Roça Ribeira Palma
Les roças sont aujourd’hui habitées gratuitement par des familles pauvres qui s’entassent dans des maisonnettes délabrées, sans eau, ni électricité…
Toute cette partie là de l’île produit du cacao biologique, aucun pesticide n’est utilisé
L’excellente corossol
Vue sur le bord de mer en redescendant des roças
  • Lagoa Azul et Praia das Conchas  sont idéaux pour un petit bain. Lagoa Azul est clairement notre endroit préféré pour nous baigner sur l’île !! Sans oublier un petit saut à la plage du Mucumbli en fin de journée, enjoy !
Baobab du Lagoa Azul
Lagoa Azul
Lagoa Azul
Le beau Lagoa Azul
Accès aménagé à la plage Mucumbli
Le gros avantage c’est qu’on est souvent seul .. et aussi que le soleil se couche juste en face !
  • Le sympathique et chaleureux village de Morro de Peixe où on peut rencontrer le fameux Hypolite de l’association Marapa (protection et sauvegarde des tortues). Le petit musée vaut la visite. Le village a quelque chose de vraiment charmant, on y reste pour discuter avec les locaux, y voir la vie du village.
Des enfants rencontrés à Morro de Peixe pour une séance photos !
Hypolite, la star de Morro de Peixe !
Les bébés tortues qui seront relâchés en début de soirée
Combien survivront une fois relâchés …. 1 sur mille seulement ….. good luck !
Un enfant s’amuse au bord de la plage du village
Relevé des éclosions
Morro de Peixe
Morro de Peixe
Deux petites qui voulaient, elles aussi, leur séance photo
  • Rando des plages : Laisser la voiture à Morro de Peixe, prendre un taxi moto jusqu’à Micolo (50 000 dobras/moto) et demander à se faire déposer au début du chemin de la plage. A partir de là on peut remonter jusqu’à la plage des tamarinhos (et donc revenir à Morro de Peixe) en passant de plage en plage (un petit morceau passe par la route après le ruisseau où des femmes lavent leur linge). Compter +/-4h y compris les baignades. Le week end a l’avantage de permettre de rencontrer beaucoup de monde car le week-end à São Tome c’est pique nique sur les plages, pêche entre hommes et lavage du linge en famille, en revanche, il y a plus de monde sur les plages. L’avantage de le faire en semaine c’est qu’il n’y aura quasi personne sur les plages.  Attention à la chaleur, commencer le plus tôt possible car on marche en plein soleil ! Chaussures types baskets nécessaires car il y a des passages sur les pierres et chaussures de baignade fortement conseillées car certaines plages sont très fréquentées par les oursins (on parle d’expérience !!).

  • Mention spéciale pour la magnifique Roça Agostinho Neto ….Le mieux pour visiter une roça est de laisser la voiture un peu avant l’entrée et d’entrer à pieds, c’est plus facile pour nouer le contact. Il y aura toujours quelqu’un qui se proposera de vous faire visiter (il faudra lui laisser quelques dobras évidemment).
Entrée de la Roça
L’ancien hôpital
L’intérieur de l’ancien hôpital
L’ancienne maternité
Les murs sont noircis par les feux qui servent à cuire les repas et à se réchauffer
Les anciennes chambres des infirmières, aujourd’hui des petites habitations, ou bien, plus triste, ici par exemple, des petites chambre de passe où on te propose ouvertement la totale pour 10 000 dobras (à peine 0,50 centimes)
Ici le temps s’est arrêté, il y a environ 40 ans …
Les anciens bureaux de la roça

Info Pico São Tome: prévoir 2 jours car la montée est, selon les guides, raide de chez raide, il fait chaud et humide donc ça n’aide pas. Il faut compter 6h de montée jusqu’à un camp de base où il est possible de camper puis le lendemain 1h pour arriver au sommet (et ensuite bah faut tout redescendre !!). C’est faisable en 1 journée mais à priori tout le monde s’accorde pour dire que c’est vraiment ardu … C’est d’ici que la rando est la plus courte. Certains l’attaquent depuis Monte Café, ça rajoute plusieurs heures de marche …. à réfléchir. Dans tous les cas, guide absolument nécessaire. Pour nous, RDV une prochaine fois là on n’était pas du tout préparés !

Portrait d’une femme rencontrée sur la route
Une autre femme qui marchait elle aussi sur la route

Laisser un commentaire