Observer les tortues à São Tome… ou ailleurs

São Tome est en endroit « stratégique » pour observer les tortues que nous affectionnons particulièrement. Nous avions vécu une expérience forte émouvante au Sri Lanka et avions envie de réitérer. Mais pas n’importe comment, c’est pour cela que nous avons logé à l’écolodge Jalé qui est géré par l’ONG Marapa en charge de la protection des tortues sur l’île.

Oui mais voilà les choses ne se sont pas passées comme elles auraient du et force est de constater que ce n’est pas parce qu’on s’adresse à une association de protection qu’on ne va pas se retrouver dans la situation dans laquelle on ne voulait pas se trouver : c’est-à-dire de mauvais observateur/touriste.. nous allons raconter ici notre expérience afin que, si vous vous trouviez dans cette situation, vous sachiez qu’elle est anormale et que vous puissiez réagir. Evidemment, nous avons, à la suite de cette expérience, rencontré à São Tome cidade la biologiste responsable du programme et avons transmis par écrit tout le récit détaillé.

Pourquoi raconter ? São Tome est une île encore peu développée au niveau du tourisme… c’est donc maintenant que tout se met en place. Il nous semble que l’attitude de chaque touriste en visite à São Tome est importante et construit le développement touristique local, les (mauvaises) habitudes qui vont être prises, la relation entre les touristes et les locaux, ce que les São Toméens vont percevoir de ce qu’attendent des touristes … et donc, dans ce cas précis, si les personnes qui résident à l’écolodge acceptent ce que nous avons vu, sans rien dire, en se disant, comme nous l’avons vu, « chouette je vais avoir une photo de tortue à mettre sur facebook » sans se préoccuper de ce qui est ou non acceptable, ce qui est ou non de l’ordre de la protection et du suivi des tortues, alors les mauvaises habitudes seront vite prises et ce sera trop tard …. Les mauvais comportements doivent être reportés à l’association Marapa et surtout sur place, il faut refuser de participer à une expérience qu’on juge non conforme, ne pas hésiter à dire stop (et à ne pas payer !).

Les faits ? 

  • Relâchage des bébé tortues: A São Tome, les œufs de tortues sont récupérés de suite après la ponte et non pas laissés sur place. Ils sont mis en incubation dans le sable (dans un endroit surveillé) et lorsque les tortues naissent elles sont  déposées sur le sable, face à la mer, en fin d’après-midi. Les touristes peuvent assister à « la course des bébés tortues vers la mer », moyennant 5€.

Malheureusement, à Jalé, nous avons vu un gardien (pas le gardien en charge des tortues mais celui en charge de la surveillance des bungalows) déposer ces bébés tortues sur le sable vers 15h, en plein soleil, en proie aux rapaces … pourqoi ?? Parce que des touristes de passage accompagnés d’enfants souhaitaient vivre l’expérience … Mieux vaut donc être informé: la libération des bébés ne peut se faire qu’en fin d’après-midi lorsque le soleil est moins fort, que la nuit va tomber afin de protéger au maximum les bébés tortue qui sont des proies idéales pour les rapaces. Ensuite, nous avons constaté que, souvent, les bébés naissent le matin. Certaines fois (cela dépend du gardien), ils sont entassés dans un sceau et patientent jusqu’au soir … malheureusement beaucoup s’épuisent en gesticulant toutes la journée pour sortir. D’autres sont étouffés par le poids des bébés entassés sur eux … du coup lorsqu’ils sont relâchés, la moitié a du mal à se rendre jusqu’à la mer et paraît totalement inerte. Dans cette situation, nous avons refusé d’assister plus longtemps à l’expérience et, évidemment, avons refusé de payer. Informations prises auprès de la biologiste, les gardiens sont tous dotés de bassines plus adaptées que les sceaux …. cette situation est donc anormale.

Les bébés doivent être déposés dans une bassine (plus large que profonde) et non dans un sceau
  • Observation des tortues la nuit: Des gardiens sont rémunérés par l’association pour patrouiller le soir sur la plage afin de surveiller et protéger les tortues qui viennent pondre puis ramasser leurs œufs pour les enterrer dans l’incubateur. Vous pouvez demander à être réveillés par les gardiens afin d’assister à la ponte, moyennant 15€/personne. Mais attention, cela doit se faire dans des conditions spécifiques qui garantissent que l’animal ne sera pas perturbé par notre présence (une tortue effrayée va faire 1/2 tour ou s’enfuir et les œufs risquent d’être « pondus » dans la mer, perdus donc …):
Au petit matin, des traces de tortues jalonnent la plage

On ne peut venir observer la tortue qu’une fois qu’elle s’est installée et qu’elle a commencé son travail

Il faut arriver derrière la tortue, en silence et non pas devant elle

Il est interdit d’utiliser des lampes à lumière blanche qui vont gêner la tortue, seule la lumière à infra rouge est autorisée

Il est interdit de prendre des photos avec flash

Une tortue a creusé ici et y a pondu dans la nuit

Nous avons eu 2 mauvaises expériences à Jalé:

  1. le gardien vient nous chercher (ainsi qu’un autre couple), vers minuit. On marche à peine 10mn et là il braque sa lumière blanche sur une tortue qui cherchait à s’installer pour la ponte … nous sommes interloqués par son comportement et lui demandons où est sa lampe à infra rouge, il répond qu’il n’en a pas. On comprend alors qu’il s’agit du gardien des bungalows et non des tortues. Il nous plante là dans le noir, on n’ose pas bouger pour ne pas effrayer plus la tortue. Le gardien revient avec un autre touriste, toujours sans lampe à infra rouge, la braque mais la tortue n’est plus là … avec l’autre couple nous refusons de continuer l’expérience (le gardien propose de chercher la tortue) et retournons mécontents au bungalow. Malheureusement le dernier touriste accepte de continuer … le lendemain matin il nous montrera une photo sur son Iphone faite avec un flash de la fameuse tortue !! Voilà un parfait exemple de ce que nous expliquions plus haut … notre comportement, en tant que touriste, est à 70% responsable des dérives ….Après discussion avec la biologiste, normalement seuls les gardiens de l’association peuvent emmener des touristes, les gardiens des bungalows n’ont pas à le faire. Nous leur avons recommandé de faire en sorte que les touristes puissent facilement distinguer les uns des autres sans quoi la confusion amène ce genre de situation ….
  1. Nous parlons le lendemain avec le gardien des tortues de qui s’est passé et menaçons de partir. Il dit qu’il sera là cette nuit et qu’il viendra nous chercher. Vers 21h, un gardien frappe à notre porte (et à celle de l’autre couple). Nous marchons 25mn sur le sable et là, stupeur, lorsque nous arrivons la tortue est à l’envers !!! La 1ère chose que font les gardiens (des tortues): nous rappeler que nous devons payer 15€/personne. Nous nous énervons et demandons à ce qu’ils remettent immédiatement la tortue dans le bon sens. Ce qui s’est passé: ils ont vu cette tortue qui finissait de pondre, ils ont compris que le temps de venir nous chercher et de nous ramener, il serait trop tard, ils l’ont donc retournée « pour patienter », sont venus nous chercher et nous ont ramenés !! Nous avons été choqués par cette situation, énervés, d’autant qu’à peine revenus au bungalow, ils ont réclamé l’argent. Nous nous sommes concertés avec l’autre couple et avons décidé de payer car nous n’étions que tous les 4, dans cet endroit isolé, et ne voulions pas nous attirer des ennuis. Mais dès le lendemain nous avons tous les 4 pris contact avec l’association. Pour la petite histoire: après avoir payé, les gardiens ont dit qu’ils devaient s’en aller car leur nièce était décédée, il était 22h, le lendemain matin nous avons constaté 4 traces de tortues sur la plage venues pondre dans la nuit et nous n’avons plus revu un seul gardien de tortues jusqu’à notre départ (soit encore 1 journée et 1 nuit entière) – quid des oeufs pondus par ces 4 tortues?? ce qui est certain c’est qu’ils n’iront pas en incubateur puisque aucun gardien n’était pas là pour ramasser.
Ici la tortue est montée sur la plage mais est repartie à la mer… pourquoi ? dérangée, ce n’était pas le bon moment ? pas le bon endroit ? …. nul ne sait

Conclusion: on ne déconseille pas d’aller à Jalé ni d’observer les tortues (si c’est fait dans les règles) car Marapa est la seule ONG présente à São Tome et qui oeuvre pour leur protection, ce qui est primordial. En revanche, on pense qu’il faut y aller en tant que touriste informé et garder une position ferme, refuser de participer à une activité contraire aux règles d’observation et surtout ne pas hésiter à prendre contact avec l’association, si, comme nous, vous constatez des problèmes sur place. Il faut accepter de ne pas en voir car c’est la règle de la nature et non pas être prêt à tout pour faire une photo …

A noter que, la plupart du temps, une biologiste serait sur place ce qui doit restreindre ces problèmes, nous n’avons peut-être pas eu de chance ! Cette expérience montre aussi combien cette protection est encore peu inscrite dans la culture locale, pour le moment la majorité des locaux soit voient cette question comme absurde et continuent de récupérer les oeufs de tortues et de pêcher les tortues soit essaient de se faire un petit businness … la route est encore longue mais chaque touriste qui passe à São Tome peut, ou non, contribuer à changer les mentalités.

9 Replies to “Observer les tortues à São Tome… ou ailleurs”

  1. […] tortues … malheureusement les choses ne se sont pas passées comme prévu. Tous les détails ici. En revanche, il est vrai que la nuit les plages sont très fréquentées par les tortues et si les […]

    1. Je rentre de SAO TOME et j’ai séjourné 2 nuits a jALE .Les choses emblent avoir évoluées favorablement car 2 gardes de l’association étaient présents toute la nuit; Il étaient identifiables avec une carte offcielles. Ils nous ont expliqué pour la lumière rouge et dans lachambre du bungalow il y avait des affichettes explicatives sur les gestes a ne pas faire. Nous nous sommes promenés librement la nuit tonbée sur la plage, sans rien payer. Nous avons pu observer une tortue verte en train de faire son nid. Quelle grande emotion.
      Le lendemain les gardes ont été attirés par des phares de voitures restés allumés dans le chemin. Nous avons pu échanger avec eux. Ils ne déplacent pas les oeufs de tous les nids mais uniquement ceux des nids situés trop près de l’eau. Nous avons pu le vérifier pour le nid observer la veille qui était intact.
      Pendant cet échange nous avons trouvé plusieurs petites tortues, l Avec les gardes nous avons pu les reconduire vers la mer…
      les gardiens de l’écolodge pour leur part ne se sont pas proposé pour une=observation nocturene ou un « laché » de bébé tortue.
      Ce que j’ai vécu me rassure au regard de vos obserations et ayant pu assister a un moment magique je comprends votre indignation ; Cependant nous n’étions que 2 sur la plage .Je pense qu’il est essentiel de dénoncer les agissiemnts abusifs aupres des responsables car le profit pourrait rapidement prendre le pas sur la protection qui releve aujourd’hui de la responsabilité de tous;

      1. Bonjour, un grand merci pour ce retour, je suis ravie de ces évolutions et j’ai hâte d’y retourner !. Hermance

  2. Merci pour ce témoignage. je en connaissais pas votre blog, je vais essayer de lui donner une plus grande lisibilité car sensibiliser les touristes au refus de situations inacceptables.

    1. Bonjour,
      Je vous remercie Béatrice. Evidemment ce n’est qu’un (malheureux) retour d’expérience et je suis certaine que d’autres ont eu de meilleurs vécus mais c’est vrai que c’est toujours intéressant de savoir ce que l’on peut ou non accepter …
      Cordialement
      Tortues Trotteuses

  3. Bonjour
    Contrairement à vous lors de notre séjour il y avait une biologiste et les gardes tortues sur place à jalé où tout s est déroulé dans les règles de l art….
    Par contre nous séjournions au paria inhame et là nous avons rencontré les mêmes incivilités…..
    Votre blog retrace bien les besoins et notre devoir envers ces tortues…
    sur place nous avons du énoncer ces règles aux différents touristes qui les ignoraient totalement…..
    nous avons donc fait un retour à l association sur l idée peut-être de mettre en place des petites affichettes dans les chambres d hôtel et panneaux sur les différentes plages pour sensibiliser les touristes …..
    Apres comme nous le savons beaucoup de gens font preuves d incivilité même des locaux qui connaissent pourtant bien leur territoire…..
    Bonne journée à vous
    Emilie

    1. Bonjour,
      Je vous remercie pour votre message et je suis ravie de voir qu’il y avait une biologiste sur place ce qui a du rendre l’expérience bien plus intéressante et agréable.
      Merci
      Cordialement
      Tortues trotteuses

  4. Merci infiniment pour votre témoignage. Etant allé là bas avec une personne et un gardien compétant je n’avais pas dans l’idée que des personnes pouvaient déjà faire n’importe quoi avec ces bébés tortues.
    Il faut vraiment s’adresser aux bonnes personnes sur place quitte à payer un prix plus élevé (le prix normal je dirais).
    Nous avons vécu la ponte dans le plus grand respect de l’animal grâce à notre guide (quitte à se faire pincer les pieds par des crabes ; nous n’avions pas le droit de bouger ou de parler fort.)
    C’était un moment très émouvant mais assez dur tout de même.

  5. Étant militaire, j’ai effectué une mission sur l’île Europa dans le canal du Mozambique et une de mes petites missions consistait au comptage des traces de tortues venues pondre, informations récoltées au profit de Kelonia à La Réunion.
    Une seule tortue, vient pondre plusieurs fois sur la plage, parfois il lui arrive effectivement de faire demi-tour sans finalement pondre. Certaines creusent à quelques mètres à peine de l’eau et d’autres vont assez loin. Lorsqu’elles montent évidemment il ne faut pas les déranger dans leur recherche et le creusement du trou, cependant lorsqu’elles ont débuté leur ponte, on peut s’approcher car elles finiront leur travail.
    Concernant les émergences, effectivement c’est souvent le matin ou le soir que cela survient mais il arrive que ce soit en journée et là c’est le drame c’est sûr, 1 à 2 sur la centaine va s’en sortir mais c’est la nature et la chaîne alimentaire. Oiseaux depuis la plage puis dans l’eau s’en délectent et requins également, sans compter les plus fragiles dont les Bernard Lermite s’occupent. C’est dur de ne pas intervenir mais voilà, sur une ponte moins de 10% survivent et cela est normal. Les petites tortues doivent marcher jusqu’à l’eau pour s’imprégner de la plage où elle reviendront dans quelques années. Ils ne faut donc pas les prendre pour les mettre directement à l’eau. De toute façon les oiseaux les piquent aussi dans l’eau…
    Ce que vous avez décrit est effectivement terrible, dramatique et révoltant car c’est déjà si compliqué pour les tortues. Merci d’avoir signalé ces comportements. Les gardiens ont besoin d’argent mais ils doivent comprendre qu’ils en gagneront davantage avec de bons comportements. Ils faut que les associations locales leur expliquent, c’est capital qu’on ne les privent pas d’une source d’argent locale, qu’ils puissent profiter de cette chance que sont les tortues mais il faut les instruire sur le sujet et leur dire ce qu’un touriste est en droit de faire pour se construire une bonne réputation. En attendant, il vaut mieux aller à la rencontre des tortues sans ces gens.

Laisser un commentaire