Loikaw, rencontre avec les Kayans et les Bre

La région de Loikaw c’est où ?

Loikaw est la capitale de l’état Kayah, au sud du lac Sankar (lui-même au sud d’Inle). Cet état est resté longtemps fermé aux touristes, puis les visites ont été autorisées mais seulement en voyage organisé et maintenant il est possible de s’y rendre en individuel mais en revanche tous les treks doivent se faire avec un guide, impossible de sortir de Loikaw seuls, par nos propres moyens. Pas besoin d’autorisation spéciale en revanche pour se rendre dans la région.

Trek n°1 – A la rencontre des Bre

La randonnée pour arriver dans le village des Bre est magnifique
Les enfants étaient méfiants puis curieux
Ici c’est un autre monde …
Après 2h de marche, les 1ères maisons à l’approche
Les maisons du village
Maison du village Bre
Le thanaka est toujours présent au Myanamar
Dans les villages, souvent beaucoup plus d’enfants que d’adultes

Après 1h de voiture, nous avons commencé une rando de 2h sur un petit chemin au milieu des montagnes et de la pampa, très honnêtement la rando n’est pas simple car il fait chaud, c’est assez ensoleillé, ça descend, ça monte et le chemin est peu fréquenté donc souvent recouvert d’herbes (ne pas penser au fait que le Myanmar est le pays d’Asie où il y a le plus de morsures mortelles de serpents lol). Surtout, mettez-vous d’accord avec votre guide sur l’heure à laquelle vous souhaitez refaire ce chemin, car nous n’en avions pas parlé avec Clément et vers 15h il nous a proposé de faire une rando de +/-1h pour relier le village aux plantations … le petit soucis c’est qu’1h à l’aller + 1h au retour + 2h de remontée … ça nous faisait remonter le chemin de nuit en sachant que nous n’avions pas pris de lampe (et le guide non plus lol) …

C’est un petit ruisseau mais il nous a offert pas mal de sangsues !!
Quand le soleil se couche et que t’es toujours dans la pampa sans lumière de poche … bah tu t’actives pour rentrer !!

Mais ce fût une rencontre superbe, un moment unique, avec ces villageois isolés de tout, un bond en arrière, une remise en question. Le village est vraiment isolé, ils voient peu de monde (touristes et Birmans y compris) et le 1er abord est plutôt timide. Puis vient la curiosité puis, grâce à Clément, on n’a été invités de maison en maison pour partager le vin de riz, la seule et unique boisson des villageois (des enfants aux vieillards), ici pas de thé, pas d’eau .. que du vin de riz ! Si vous avez peur de ne pas remonter le chemin, contentez-vous d’une petite lampée à chaque fois !! Nous n’avons pas partagé de repas mais ils nous ont proposé de dîner avec eux malheureusement nous ne pouvions pas faire le retour dans la pampa de nuit, sans équipement ….

Ici le papi garde le petit en attendant que la maman revienne des champs
Le vin de riz qui vous est présenté dans chaque maison, la boisson lcale !
Les familles Kayans
Femme kayan
Avant le début de l’école
Dans une des maisons de villageois
Les enfants du village
Une femme kayan et son bébé
Les hommes gardent les petits pendant que les femmes sont aux champs
Les enfants se sont habituées à notre présence et ont adoré les séances photos
Dans les maisons, une pièce commune à la fois salle à manger, chambre, cuisine …
Les enfants se sont beaucoup amusés avec les photos
Regroupés au coin du feu ils se tiennent chaud quand la nuit tombe et que le froid arrive …
Les piments sèchent au-dessus du feu
Une jolie petite fille du village un peu timide
Ici les familles vivent les unes avec les autres, les enfants passent d’une maison à l’autre
Les boucles d’oreille des femmes kayan sont impressionnantes
Les enfants se créent leur propre jeu
Les femmes remontent des champs
Malgré la vie de labeur, les longues journées dans les champs, les paniers à remonter, les villageois sont toujours prêts à partager un moment de rigolade …
Les femmes s’arrêtent à un petit ruisseau pour se nettoyer le visage et boire un coup
Ici on joue avec pas grand chose
Il sera très aisé de voir la fabrication du vin de riz
Production artisanale 100% !
Alambique maison pour vin de riz !

Trek n°2 – A la rencontre des Kayan

Nous n’étions pas très emballés à l’idée d’aller dans un village Kayan, très sollicités, très connus, on avait franchement peur de l’effet « zoo » et malveillance touristique … mais Clément, issu de cette ethnie, a insisté. Au début nous avons traversé en voiture un « village » en fait composé de 2 maison + 1 magasin d’artisanat local tenu par 2 jeunes filles portant la tenue des kayan tout de blanc immaculé .. bref un pseudo-village pour touristes, nous lui avons indiqué que dans ce cas, mieux valait annuler la journée.. Il a insisté, nous avons repris la route, traversé un village avec deux ou trois 4*4 de touristes descendus prendre en photo des femmes qui posaient devant leur stand de souvenirs …. puis la voiture s’est engagée sur un chemin en terre, on devait y commencer la rando mais finalement nous avons pris en stop une femme kayan chargée de sacs, qui montait pour la 1ère fois dans une voiture !! Du coup elle nous a invité chez elle et nous a préparé un repas délicieux… et nous avons passé la journée dans ce village, de maison en maison, c’était super. Nous n’y avons pas vu 1 seul magasin d’artisanat local !!

Notre hôte Kayan
Notre hôte Kayan dans sa « cuisine »
Préparation de notre super déjeuner
Découpage du melon cueilli tout frais dans le jardin
Les toilettes de la maison
L’un des petits-enfants de notre hôte
Ici les femmes passent beaucoup de temps à filer le coton pour ensuite coudre des vêtements
Maison de notre hôte
Notre super déjeuner !!

A noter aussi que dans ce village de kayans, nous n’avons vu qu’une petite poignée de « femmes girafes »… et que des femmes assez âgées. Toutes les femmes croisées nous ont expliqué qu’elles ne souhaitaient pas porter cette tenue trop distinctive, trop lourde, trop embêtante pour le quotidien …. donc quand on voit ensuite à Inle ou à Bagan des jeunes femmes en tenue immaculée on sait qu’elles sont là pour les touristes, surtout lorsqu’elles peuvent retirer les colliers !!! Dans ce village, aucune des femmes ne pouvaient retirer les anneaux …

La doyenne du village
Une femme kayan qui rentrait de son travail dans les champs
Et le week end les enfants accompagnent les adultes dans les champs … ils en reviennent assez fatigués !
Un accueil chaleureux dans toutes les maisons !
Les enfants apprennent très jeunes à chasser avec un arc
Une pratique ancestrale
Plus difficile pour Paulo …
Les enfants toujours avec nous
Une femme kayan qui revenait de Thailande où elle a travaillé pendant des années dans un village « à touristes »
Les petits s’occupent des petits qui s’occupent des plus petits …
Une jolie famille,ici les jeunes femmes ne veulent pas entendre parler des anneaux de leurs aînées
Petite photo de famille
Le village est au milieu des cultures et des montagnes

Combien de jours ? 

Nous avions prévu 2 jours de treks sur place, évidemment on peut prévoir plus, tout est une question de temps et de coût. Les montagnes sont magnifiques et il y a beaucoup de villages où rencontrer des Birmans issus de différentes ethnies. Les guides se font plus rares dans le coin – pour le moment – et les prix sont plus élevés qu’à Kengtung.

Les montagnes des alentours de Loikaw

En plus des jours de trek, il nous semble intéressant de prévoir 1 journée (ou 2 1/2 journées) à Loikaw pour visiter le monastère Thiri Mingalar Hill, profiter du marché de nuit, visiter le marché qui a lieu tous les mercredis et samedis et se promener dans la ville qui est assez grande et peu fréquentée par les touristes.

Monastère Thiri Mingalar Hill
Vue depuis le monastère Thiri Mingalar Hill
La nuit le Monastère illumine la ville
Monastère Thiri Mingalar Hill
La culture animiste est omni présente à Loikaw
Les poteaux animistes de Loikaw
Petites douceurs du marché
Epices du marché de Loikaw
Poisson séché du marché de Loikaw
Les vêtements vendus sur le marché importés de Chine ou de Thailande
Petits stands de restauration sur le marché
Stand de restauration marché de Loikaw
Vendeuse sur le marché de Loikaw
Petit berceau suspendu pour cette vendeuse du marché et son bébé
Le marché de Loikaw est peu fréquenté par les touristes, très authentique du coup les gens se prêtent facilement au jeu des photos
Les légumes sur le marché
Les Pao sont souvent présents sur les marchés de Birmanie et sont facilement reconnaissables
Les kayans viennent vendre leur production sur le marché de Loikaw

Guide ? 

Quand nous nous sommes décidés pour inclure Loikaw dans notre parcours, nous n’avons pas trouvé beaucoup d’informations dans les guides de voyage (Lonely et Routard) ni sur les blogs… d’ailleurs on n’a croisé quasi personne pendant notre séjour ! Nous avons trouvé les coordonnées de Clément sur des forums et l’avons contacté (en anglais: skysnow333@gmail.com). Nous lui avons bien expliqué ce que nous attendions et surtout ce qu’on ne voulait pas faire (se rendre en voiture dans un village Kayan, descendre, prendre des photos et repartir pour un autre village, descendre, prendre des photos ….).

Clément et ses blagues qui font toujours beaucoup rire les villageois ….

Clément s’est avéré quelqu’un de très sympa, dynamique, jovial et doté d’un excellent contact avec les villageois rencontrés pendant nos 2 treks. Il est d’origine Kayan donc aucun problème pour dialoguer avec les Kayans mais parle aussi d’autres dialectes, dont celui des Bre que nous avons eu la chance de rencontrer.

Notre guide Clément en pleine préparation du repas chez notre hôte
La cueillette des haricots dans le jardin de notre hôte kayan en vue de la préparation du déjeûner

Enfin il convient de déterminer ce qu’est un guide …. Clément n’est pas un « guide » au sens auquel on peut l’entendre: il ne va pas se soucier de savoir i vous avez apporté assez d’eau pour ces 6h de rando dans la jungle, ou bien si vous allez pouvoir manger quelque chose le midi, si chacun a une lampe de poche et quand il randonne il peut être loin devant toi sans se préoccuper de ce qui t’arrive ou si tu es entrain de retirer les sangsues que tu as chopées dans la rivière .. Clément c’est plutôt quelqu’un qui va te permettre de visiter des villages que tu ne visiterais pas seul pour diverses raisons, d’aller vraiment au contact des gens, de rentrer dans les maisons, de gagner leur confiance. Pour le reste, prends-toi en charge ça vaut mieux lol !

Paysage autour du village Kayan

Accès ? 

Via les airs ou via la route : Loikaw est doté d’un aéroport ce qui peut s’avérer très pratique …. malheureusement je n’avais pas trouvé de vol coïncidant avec nos dates donc nous avons pris un vol Yangon-Heho puis le chauffeur avec lequel travaille Clément, qui est très sympa mais parle anglais de façon assez approximative -est venu nous chercher (4h de voiture Hého-Loikaw). Nous avions opté pour cette solution, onéreuse, car on avait lu sur le Lonely que la route entre Hého et Loikaw était vraiment belle, honnêtement on ne l’a pas trouvée extraordinaire… si possible, prenez plutôt un vol direct pour Loikaw ce sera plus simple.

Via le lac Sankar :Notre étape après Loikaw était la visite du lac Sankar (au sud du lac Inlé). Le chauffeur de Clément nous a donc conduits jusqu’au début du lac Sankar (1h de voiture depuis Loikaw) où nous attendait une embarcation qui nous a conduits jusqu’à notre hôtel sur Sankar. Mais si vous ne voulez pas dormir sur le lac Sankar, il peut vous conduire jusqu’à Inle (conseil: prévoyez de visiter les stupas de Samkar, le monastère de Tharkhaung puis le monastère de Taung Tho qui sont dans le programme du « grand » tour en pirogue proposé depuis le lac Inlé car sinon vous devrez repayer pour redescendre les visiter depuis Inlé …). La montée est assez longue, il faut compter 1h de pirogue pour traverser tout le lac Sankar puis 2h supplémentaires jusqu’au nord du lac Inlé.

Où dormir ? 

Sur les conseils de Clément nous avons dormi au Myat Nan Taw, 40$/nuit avec les PDJ …. et c’est franchement pas propre, comme souvent au Myanmar tu payes le double de ce que ça vaut …: grande chambre, mais poussière et toiles d’araignées au RDV (prenez votre moustiquaire de voyage si vous voulez passer une bonne nuit), PDJ corrects (sauf le thé imbuvable) et basiques, wifi à la réception. Le personnel est très sympa et l’établissement est bien situé, au calme, à 10mn de marche du monastère et du marché de nuit. A 4mn à pieds, on trouve 2 restos qui servent des soupes de nouilles très bonnes et à volonté pour quelques centimes ! Néanmoins, nous avons aperçu 2 hôtels plus modernes dans la ville qui vaudraient le coup d’être visités … de toutes les façons ne réservez pas, il n’y a pas foule !!

La grande chambre qui pourrait être très sympa si nettoyée ….

Point budget : 

  • Vol Yangon-Hého : 104$/personne réservé directement sur le site de la compagnie Mann Yadanarpon Airlines
  • Guide Clément  y compris voiture avec chauffeur :120$/jour (c’est une moyenne il y a des treks à 80$ et d’autres à 150$)
  • Transport de Hého à Loikaw voiture+chauffeur (y compris essence et « péages ») :150$
  • Transport de Loikaw à Samkar comprenant voiture jusqu’à Phoe Kong puis barque jusqu’à Samkar: 100$
  • Visite du monastère de Loikaw : 500 kyats (pour l’appareil photo)
  • Hôtel Myat Nan Taw : 52 000 kyats /nuit pour 2 avec PDJ
  • Achats de bouteilles d’huile végétale pour apporter dans les villages : 35 000 kyats
  • Dîner (prix moyen) : 6 000 kyats pour 2

4 Replies to “Loikaw, rencontre avec les Kayans et les Bre”

  1. Bonjour,

    Vous souvenez vous de l’organisme avec lequel vous aviez fait le trek autour de Loikaw?

    Merci de votre retour.

    Nadège

    1. Bonjour, désolée pour le retard de réponse. Nous l’avons réalisé avec un guide Clément dont le mail est : skysnow333@gmail.com. Bon voyage !

Laisser un commentaire